ESCLAVES ET AFFRANCHIS IMPÉRIAUX


ESCLAVES ET AFFRANCHIS IMPÉRIAUX
ESCLAVES ET AFFRANCHIS IMPÉRIAUX

ESCLAVES & AFFRANCHIS IMPÉRIAUX

Dans la société romaine, les esclaves et affranchis impériaux ne représentent pas seulement l’aristocratie de la population non libre; ils se situent même parfois au-dessus des citoyens, souvent à côté d’eux et dans quelques cas en dessous.

Leur histoire se divise en deux périodes. La première correspond à une phase d’essor rapide, et elle commence naturellement avec l’œuvre d’Auguste. Trois circonstances expliquent cette ascension: d’abord, la mise en place d’une importante administration exigeait un nombreux personnel de fonctionnaires; mais au moment de la naissance du nouveau régime, les sénateurs, les chevaliers et les plébéiens jouissaient encore d’une trop grande indépendance; enfin, l’utilisation du travail servile n’avait rien que de très normal, et palliait cet inconvénient. Auguste utilisa d’abord ses esclaves et ses affranchis en tant que particulier, pour sa maison, sa trésorerie, son secrétariat, puis en tant que magistrat ou proconsul, en leur confiant notamment des charges de procurateurs. Il en fut remercié: le culte impérial connut de grands succès dans ce milieu (seuiri Augustales ).

L’apogée de ce groupe social se situe sous Claude: l’empereur gouverne, mais ses affranchis administrent. Les noms de Pallas, Callixte, Polybe et Narcisse sont passés à la postérité. Ce choix délibéré permit au souverain de réduire l’influence des hommes libres. Les affranchis dirigent alors les bureaux palatins de Rome, sortes de «ministères»: la correspondance, les enquêtes, les requêtes, les archives et les comptes; dans les provinces, ils veillent sur les biens impériaux et sur les finances, mais sous les ordres de chevaliers; ils contrôlent en partie les recettes (impôts indirects) et la quasi-totalité des dépenses publiques (armée, aqueducs, blé) et privées (palais et évergétisme: travaux publics, spectacles, bibliothèques).

Du point de vue social, ils entrent dans le cadre général. Publics ou privés, les esclaves proviennent des mêmes sources (achat, naissance à la maison, capture à la guerre); les affranchissements se font suivant les mêmes modes (par rachat, acte de générosité ou testament). Les uns et les autres sont aussi soumis aux mêmes obligations, liens de propriété ou de patronat, et les liberti témoignent d’un égal dynamisme. Ils peuvent aussi fonder des familles, astreintes aux restrictions juridiques qu’impose leur statut. Mais le personnel impérial présente des caractères originaux. D’une part, ces fonctionnaires sont de plus en plus attachés à leurs charges et de moins en moins à leur maître ou patron, d’où une relative indépendance; d’autre part, la proximité du pouvoir et le contact avec le prince leur confèrent un certain charisme qui les met à part dans la société: ils acquièrent la puissance et ils possèdent des richesses énormes, qu’ils s’efforcent d’accroître non sans avidité. Cependant, ils sont méprisés et haïs, en particulier par les sénateurs, également par les chevaliers qui les jalousent (Juvénal), et aussi par les plébéiens, souvent plus pauvres qu’eux. Certains interdits ont toujours pesé sur leur groupe: ils étaient exclus de certaines charges, en particulier des magistratures et des commandements militaires (ils n’ont pu entrer dans l’armée qu’au début de l’Empire, à des postes subalternes et dans les unités les moins prestigieuses, notamment les vigiles et la flotte).

L’hostilité des hommes libres finit par se faire sentir, au point que le pouvoir impérial dût en tenir compte; il entreprit une conversion avec d’autant plus de facilité que les ordres supérieurs se conduisaient avec une soumission croissante. Dès les origines, certains postes avaient été occupés par des couples affranchi-chevalier, le premier étant naturellement subordonné au second. À partir de la crise de 68-69, cette situation servit de modèle: petit à petit, les souverains superposèrent des personnages de rang équestre aux anciens responsables affranchis. Certes, Néron avait vécu sur l’héritage de Claude. C’est Vitellius, semble-t-il, qui, pendant la guerre civile, donna le branle au mouvement qui s’accéléra sous Domitien et sous Trajan, Hadrien poursuivant la politique de son prédécesseur. De fait, chaque monarque apporta sa pierre à l’édifice. Sous Septime Sévère, la situation avait complètement changé: le nombre des esclaves et affranchis impériaux s’était accru de manière considérable, mais leur rôle avait beaucoup diminué, les plus importants d’entre eux se trouvant toujours sous les ordres d’un chevalier.

L’étude de ce groupe social a montré comment une institution de droit privé peut se transformer en institution de droit public; elle a permis de décrire l’ascension et le déclin d’un milieu dont la fortune s’explique par des conditions juridiques et politiques, plus que par des facteurs économiques: nul ne saurait décrire la société romaine à l’aide de schémas simplificateurs.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • ANNONE — À l’origine, le mot «annone» désignait l’approvisionnement de Rome, qui fut conçu sous la forme d’un impôt en nature versé par les provinciaux; par la suite, il reçut un second sens et s’appliqua au service administratif chargé de collecter ce… …   Encyclopédie Universelle

  • ROME ET EMPIRE ROMAIN - Le Haut-Empire — Pendant plusieurs siècles, l’Empire romain a assuré la paix et l’unité du monde méditerranéen et façonné dans ses provinces la majeure partie de l’Europe. Les Romains n’avaient certes pas que des qualités et leur domination résulte partout de… …   Encyclopédie Universelle

  • Empire du Brésil — Império do Brasil (pt) 1822 – 1889 …   Wikipédia en Français

  • Ostie — Cet article concerne le port de la Rome antique. Pour l interjection québécoise, voir Sacre québécois. Pour l article homophone, voir Hostie. Ostie Ostia antica …   Wikipédia en Français

  • JUDAÏSME - Histoire des Hébreux — Vers 1760 avant notre ère, un petit clan conduit par Abraham quitte Sumer et vient s’installer en Canaan, entre le Jourdain et le littoral méditerranéen. En 135 après J. C., à l’issue d’une guerre sans merci contre l’Empire romain, l’État juif… …   Encyclopédie Universelle

  • ROME ET EMPIRE ROMAIN - L’art romain — Rome est une des villes d’art les plus prestigieuses du monde, et une bonne partie des monuments qui font sa gloire remontent à l’Antiquité. Sur toute l’étendue de l’Empire qu’elle a régi, de l’Écosse au Sahara, de l’Atlantique à l’Euphrate,… …   Encyclopédie Universelle

  • MESSALINE — (25 env. 48) Comme toutes les impératrices de la première moitié du Ier siècle, à Rome, Messaline, une des épouses de l’empereur romain Claude, symbolise l’appétit de luxe, la soif du plaisir et l’esprit de lucre de la haute société romaine.… …   Encyclopédie Universelle

  • Messaline — Pour les articles homonymes, voir Messaline (homonymie). Messaline et ses enfants, Britannicus et Octavie (Cabinet des Médailles (BnF) …   Wikipédia en Français

  • CARTHAGE — Fondée par les Phéniciens au IXe siècle avant Jésus Christ selon les uns, au VIIIe selon les autres, Carthage tira longtemps sa prospérité de ses relations commerciales avec les divers peuples de l’Afrique septentrionale et de la Méditerranée… …   Encyclopédie Universelle

  • Antiquité romaine — Rome antique Monarchie romaine 753 – 509 av. J. C. République romaine 509 – 27 av. J. C. Empire romain 27 av. J. C. – 476 Empire byzantin 395 – 1453 …   Wikipédia en Français